Le marathon d’Amsterdam, c’est un objectif qui nous tient à cœur depuis plusieurs mois. Une ville que j’adore, un parcours magnifique entre ville et campagne, réputé plat et roulant. La route du bonheur !

Wake up !

4h30. Le réveil sonne. La nuit a été courte. Basile est arrivé la veille, nous avons dû défaire et refaire nos valises plusieurs fois pour y faire tenir toutes nos affaires.

Un bon café et une douche énergisante m’aident à faire surface… 1h10 nous sépare du parking de l’aéroport.

Tips : nous vous recommandons l’eco-parking, à moitié prix et très bien desservi par les navettes gratuites d’Orly.

Poubelle 1 – Gels 0

C’est le moment de l’embarquement, nos valises sont un peu grandes et voyageront donc en soute. On a perdu nos gels (pour une coiffure impeccable) au passage du portique de contrôle. Adieu le test du gel Marathon… et bonjour la coupe choucroute !

Fouille à l'aéroport d'Orly

Tips : pas de contenant liquide de plus de 100mL même à moitié vide ça ne passe pas.

Nous sommes dans l’avion. Il fait jour maintenant jour et Basile s’apprête à vivre son baptême de l’air !

Dernière photo, dernier tweet et on se retrouve dans les nuages à plus de 1000km/h. Pas le temps de faire un somme, le pilote rattrape les 20 minutes de retard du décollage !

⚡️Décollage imminent vers la planète marathon ✈️ 🏃🏻#tcsamsterdammarathon #marathon

Une photo publiée par Call Of The Run (@calloftherun) le

Welkom in Amsterdam

Il est 9h00 quand nous récupérons nos valises. Un chocolat chaud et nous partons à la rencontre de Mohamed notre gentil chauffeur Uber.

Tips : un trajet Uber centre ville vous reviendra environ a 1€ du km. Il y a beaucoup de Uber à la sortie de l’aéroport au pied de l’Hotel Sheraton donc le temps d’attente est très court (3min)

Batcave

Nous arrivons enfin chez BatJen (Airbnb) qui nous laisse les clés de son appartement geek et chic ! En bonus un petit déjeuner avec des douceurs néerlandaises ❤️️

Breakfast dans la batcave

Nous nous posons OKLM puis partons en direction du centre ville pour louer des vélos à retropédalage.

Tips : ici c’est la ville du vélo, nous vous recommandons d’en louer un pour profiter de la ville. Tout est prévu pour se garer ou pour rouler. Les plus intrépides testerons les vélos à rétropédalage pour freiner 🙂 – Coût pour 3 jours : 24€/personne

Le temps de déguster une délicieuse pizza à Forno Communale et nous nous dirigeons vers l’Olympic Stadium en passant par le Vondelpark.

calloftherun-amsterdam-marathon-pizza-forno

Arrivés devant le stade,  c’est impressionnant. Nous ressentons une certaine fierté en nous imaginant le lendemain en train de faire nos dernières foulées sur cette glorieuse piste rouge…

Hop, nous entrons dans le salon du running. Belle ambiance, des DJ sur des camions animent les allées extérieures. Nous récupérons nos dossards, participons à quelques photo booth puis nous repartons. La fatigue est bien là et nous devons faire une bonne nuit pour assurer un minimum demain.

Calloftherun Superhero

Tips : le retrait des dossards ne se fait pas dans le stade olympique mais dans un complexe sportif derrière le canal. On y trouve bien entendu de quoi garer son vélo !

calloftherun-amsterdam-marathon-village-running

Retour en ville, nous faisons un arrêt dans une superette Albert Heijn pour acheter notre repas pré-Marathon : des pennes rigate, de l’émincé de dinde et un peu de crème fraîche.

Tips : Albert Heijn est une chaîne de petites supérettes où vous trouverez toujours à l’entrée un distributeur d’argent, bien pratique ! On en trouve à tous les coins de rues.

C’est maintenant l’heure de dormir. Huit heures de sommeil ne seront pas de trop. Les dernières semaines ont été assez pauvres niveau repos.

Jour J

Il est sept heures lorsque nos téléphones retentissent. Basile avale son Gatosport digne d’un grand restaurant, je lui en prends une part… non décidément ce n’est vraiment pas mon truc les gâteaux marathon.

7h40. Ultime descente des escaliers en sautillant (sachant que la prochaine fois ça sera une autre paire de manches…)

Oui il est tôt ! Mais Basile tient à repasser par le village marathon pour des emplettes de dernière minute ! Nous enfourchons nos vélos. Il fait frais, l’air est humide et le soleil se lève doucement. Les bénévoles sont déjà présents le long du parcours, un café à la main. Ils dirigent les quelques voitures matinales qui passent par là…

Tips : des consignes gratuites sont disponibles aux abords du stade. Des bénévoles réceptionnent les sacs, collent une étiquette sur notre dossard faisant office de bon de retrait. Les sacs sont sous surveillance, mais il est précisé d’éviter de laisser des objets de valeur (« A vos risques et péril » indique une pancarte). Perso, tout nous a été rendu sans souci !

8h40. Nous nous dirigeons dans nos SAS respectifs. Il fait frais, très frais même lorsque l’on a pas prévu de poncho/sac poubelle/veste… mais c’est plutôt bon signe pour la course, le ciel est dégagé et il ne fera pas trop chaud.

Become a superhero

9h30. Le départ est lancé. C’est parti pour 42.125km. Nous quittons le stade dans une belle ambiance ! Un coup d’œil sur ma montre, l’allure est trop haute (comme souvent sur les départs). Au marathon de Paris, j’étais en negative split, c’est-à-dire que j’avais couru la seconde moitié du parcours plus rapidement que le première. Cette fois-ci, je change de méthode. J’ai de bonnes sensations, le parcours est roulant, je vais essayer de tenir cette allure au plus loin puis j’aviserai.

calloftherun-amsterdam-marathon-vincent1

Le parcours dans la ville est magnifique, nous alternons espaces verdoyants (Vondelpark, Amstelpark) et grandes avenues. J’ai l’impression que toute la ville est venue nous encourager. Nous passons sous les arcades du magnifique Reijskmuseum puis nous entamons le premier chassé-croisé durant lequel je crois Baz ! Sur le parcours, il y en aura 3. Deux petits et un plus conséquent le long de l’Amstel.

Les ravitos sont très bien gérés. Divisés en 3 ou 4 parties : boissons Isostar, eau, bananes/barres/gels puis éponges humides.

Je marche pendant mes ravitos puis repars rapidement pour rattraper le temps « perdu ».

Nous longeons désormais l’Amstel, le paysage est splendide. Des bateaux avec des groupes de musiciens nous accompagnent et l’on croise quelques « aquaman » qui nous encouragent.

Le long de l’Amstel, il y a de très belles maisons de campagne. Cela fait maintenant plusieurs kilomètres que nous croisons les coureurs des sas précédents sur l’autre rive. À ce moment, le temps semble ralentir. Bientôt 5 km parcourus au fil de l’eau et toujours pas de pont au loin pour effectuer le demi-tour. Petit coup d’œil sur la montre, l’allure de départ n’a pas changé. Les sensations sont toujours aussi bonnes. Nous passons enfin de l’autre côté du miroir de l’Amstel et sous le portique du semi. 1h48. Si je continue ainsi, je peux envisager de finir en 3h45.

Le mur

25 km. Je percute le mur de plein fouet. 6 km plus tôt qu’au Marathon de Paris… Je ne prends pas encore conscience que je vais payer lourdement mon trop grand optimisme du départ. Nous quittons alors les bords de l’Amstel pour nous diriger dans la zone industrielle d’Overamstel. Le changement de décor est radical, avec de longues avenues à n’en plus finir. Je me bats pour maintenir mon rythme mais rien n’y fait jusqu’au kilomètre 34. Mon objectif s’éloigne, mais le RP est toujours envisageable. Je donne tout ce que j’ai pour arriver jusque dans le Vondelpark. Je traîne 2 crampes depuis 5 kilomètres maintenant. Et au kilomètre 40 ça ne loupe pas, mes jambes s’arrêtent net ! Il ne reste que 2 kilomètres et je marche. Mon RP semble s’envoler à son tour. 2 kilomètres, ce n’est rien, mais ça paraît ici insurmontable.

Haute comme 3 pommes

À la sortie du parc, j’entends « Come on Vincent ! Keep going ! » Je cherche d’où vient cette petite voix et je tombe sur une fillette, haute comme trois pommes. Les poings serrés devant elle, elle me lance un « Go Vincent ! Goooo ! » Je reprends mes esprits et ma foulée sur cette dernière invective ! Bon sang, quelle énergie ! La fatigue semble derrière moi, les crampes sont toujours là, mais il faudra faire avec. Je suis toujours épaté par le pouvoir qu’on les encouragements sur le mental…

Come on Vincent ! Keep going !

Je pense à mes nièces Olivia et Lauryne, et mon neveu Paul, à ma famille, mes amis, ma chérie… J’aperçois désormais le stade olympique. Ça y est, j’y suis enfin et j’espère que Basile ne lâche rien de son côté ! Ce sont les derniers 500 mètres. Je passe sous l’arche d’entrée, je profite de chaque instant, chaque seconde. Quel plaisir d’être là, d’entendre les cris de joie au loin. C’est le moment de tout donner pour n’avoir aucun regret !

Voilà, la ligne d’arrivée est derrière moi.

Après avoir reçu médaille et cape de superhéros couverture en plastique, nous sommes dirigés avec la sortie du stade. Là, un ultime ravito nous permet de récupérer boissons et fruits.

Finisher TCS Amsterdam marathon

Nouveau RP en 3h52min57s. C’est loin de mon objectif initial mais il n’y a pas de secret. Depuis 3 semaines je ne m’entraîne pas ou peu à cause d’une périostite. Ça ne pardonne pas. Pour les plus curieux mes statistiques de course )

Un GRAND merci à vous, qui avez lu ces quelques lignes, de nous suivre et de nous encourager. Toutes mes félicitations à Basile, qui mine de rien a envoyé son ancien RP dans la stratosphère ! Retrouvez son CR ici !

N’hésitez pas si vous avez des questions, nous y répondrons avec grand plaisir. On vous prépare un debrief du voyage avec nos bons plans 🙂

A bientôt pour de nouvelles aventures !
Et bien sûr, nous ne t’oublions pas Maïté et on t’attends pour le prochain ! Alors Go ! 😉

En bonus :

La vidéo de notre TCS Amsterdam Marathon (by Baz)